Bienvenus a Cracovie | Ankipodróże

Bienvenus a Cracovie

Soyez les bienvenus à Cracovie, une ville légendaire où le temps coule dans un rythme différent et chaque instant vécu passe dans l’histoire. Pendant les siècles, Cracovie était la capitale de la Pologne et le siège royal qui attirait les grands savants et les artistes du monde entier. Grâce à leurs talents et imagination on créa des monuments uniques qui reflètent les courants les plus importants de la culture européenne.

La ville de Cracovie est située exactement au point de rencontre du 20e méridien Est et du 50e parallèle Nord. Selon certains cartographes, la ville se trouve précisément au centre géographique de l’Europe.

La vieille ville (4 heures)

La Voie Royale est le plus importante itinéraire touristique de Cracovie. Le long de son cours on rencontre les plus précieux vestiges du passé : des églises, des palais, des monuments, des rues commerciales animées qui avoisinent  des coins paisibles, bref, tout ce qui fait le charme de notre ville millénaire.

Pour voir:
le Château royal: le château Renaissance avec la cour avec ses arcades de 3 étages
La cathédrale des Saints-Stanislaw-et-Waclaw: la plus prestigieuse église de Pologne, lieu de sacre et de repos éternel des rois de Pologne
Les Planty de Cracovie: le parc autour de la vieille ville construit au lieu des remparts médiévaux.
L’église des Franciscains: de 1237 avec le plus connu vitrail: «Dieu le Père»
le Palais des êvques avec «la fenêtre papale» – la fenêtre la plus connue dans le monde, par cette fenêtre Jean-Paul II a pris l’habitude de dialoguer avec les jeunes durant ses pèlerinages en Pologne.
L’Université Jagellone – Le Collegium Maius: l’une des plus anciennes universités d’Europe, fondée en 1364 par le roi Casimir le Grand.
La Place du Marché: la place de la vieille Cracovie, une des plus grandes place de l’Europe médiévale tracée grâce au décret de localisation de la ville en 1257 avec le beffroi, la Halle aux draps: et l’église Notre-Dame principal sanctuaire de Cracovie médiéval, dans laquelle on peut admirer le retable principal:fait en bois par le sculpteur Wit Stwosz venu de Nuremberg en XVe siècle.
La rue Florianska (St-Florian) allant de l’église Notre-Dame fait partie de la voie royale. Les premiers bâtiments datent du XIVe siècle, mais les façades des maisons ont donnée à la rue un caractère de différents styles et pseudo styles.
Les remparts de la ville médiévale avec la porte Saint-Florian.

Kazimierz – Cracovie juive (4 heures)

Quartier de Cracovie. La ville doit son nom au roi Casimir le Grand, qui lui a donné les droits locaux en 1335. Dans la ville, habitée d’abord par des chrétiens, à partir du XVe siècle sont arrivés des Juifs. Avec le temps deux cultures ont crée le paysage de cette ville; des églises catholiques voisinaient avec des synagogues, construites à l’est de la place du marché (Oppidum Judaeorum).

Le développement de la culture juive à Kazimierz a été anéantie par la Seconde Guerre mondiale. Avant la seconde guerre mondiale, on estime que près d’un quart des habitants de Cracovie étaient israélites, soit une population juive de 65 000 personnes sur un total de 250 000 habitants environ. 90% des juifs de Cracovie furent assassinés par les nazis entre 1939 et 1945. L’ holocauste a vidé la ville de ses habitants israélites qui furent déportés, avec une rare cruauté, dans les camps de concentration et d’extermination voisins.

Totalement laissé à l’abandon durant les cinquante dernières années, le quartier de KAZIMIERZ connaît actuellement un certain renouveau, principalement en raison du succès rencontré par le film de Steven Spielberg, « La Liste de Schindler », réalisé sur place en 1993. L’œuvre du cinéaste met en lumière le rôle d’un industriel allemand qui sauva des centaines de vies en faisant travailler dans son usine des juifs promis à une mort certaine. Avec le pharmacien polonais du ghetto, Tadeusz Pankiewicz, il reçut le titre de « juste parmi les nations » du Mémorial de Yad Vashem de Jérusalem.

Podgorze

Situé sur la rive droite de la Vistule, traversé jadis par les routes commerciales mentant en Roussie et en Hongoire, il n’avait aucun caractère municipal encore au XVIIIe siècle. Occupé par les Autrichiens après le premier partage de la Pologne (1772), il a reçu les droits municipaux en 1784 des mains de l’empereur Joseph II . Podgąrze devait être, d’après les Autrichiens, une ville concurrente de Cracovie. Dans la seconde moitié du XIXe siècle on a commencé à l’entourer de fortifications en briques qui sont restée par fragments sur la colline de Krzemionki. En 1915 Podgąrze a été incorporé dans l’ancienne capitale de Pologne. Le centre de l’ancienne ville est occupé par la place du marché avec l ‘église neogothique Saint-Joseph. La tour de l’église fait penser à l’une de tours de l’église Notre-Dame.

Lagiewniki c’est la plus connus partie de Podgorze. Le couvent des Soeurs de Notre Dame de la Miséricorde avec l’église Saint-Joseph construits entre 1889 et 1893, ont été le cadre de la vie de la Sainte Faustine. Maria Helena Kowalska (1905-1938), religieuse du couvent, mystique et créatrice du culte de la Miséricorde de Dieu y repose. Soeur Faustine, béatifiée depuis 1993, a été canonisée en 2000 par le pape Jean-Paul II. Le développement du culte de la sainte a conduit à la création du sanctuaire de la Miséricorde-de-Dieu visité par le pape Jean-Paul II durant sa dernière pèlerinage en Pologne en 2002. Chaque année, le premier dimanche après Pâques, pendant la Fête de la Miséricorde de Dieu le sanctuaire de âagiewniki accueillit des milliers de pèlerins venus de Pologne et de l‘étranger.

Nowa Huta

Construite depuis 1949 comme une ville séparée, elle devient un quartier de Cracovie en 1951. Ville – étendard du pouvoir communiste polonais, liée au complexe des fonderies Lenine (a présent Tadeusz Sendzimir), elle occupe les terrains de l’ancien village Mogila. Nowa Huta et ses quartiers est, dans sa plus ancienne partie, un monument architectural et urbanistique de l’epoque du réalisme socialiste.
La place Centrale en constitue le noyau dur urbanistique; de la partent cinq axes divisant la ville en quartiers. Durant les derniers trente ans, le quartier a vu naître des églises à l’architecture moderne, avec la plus connue église Notre-Dame-Reine-de-Pologne à Bienczyce – elle rappelle par sa forme un bateau, d’où son second nom de l’Arche du Seigneur.

L’église des Cisterciens Saint-Waclaw, consacrée en 1266 par l’évêque Prandota, est l’une des plus anciennes églises gothiques en Pologne.

Non loin du couvent des Cisterciens de Mogila se trouve la précieuse église en bois Saint-Barthelemy, son portail gothique porte sculpte le nom du charpentier Maciej Maczka, probablement son constructeur dans la 2e moitié du XVe siècle.

Ta strona używa plików cookie w celu usprawnienia i ułatwienia dostępu do serwisu oraz prowadzenia danych statystycznych. Dalsze korzystanie z tej witryny oznacza akceptację tego stanu rzeczy. Więcej informacji

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close